La Chapelle de Château Pech-Latt

Terre de réforme, de culture et d’orthodoxie religieuse, cette partie de l’Occitanie est notamment marquée par la présence de Charlemagne qui fonde en 779 l’Abbaye de Lagrasse dont les Bénédictins auraient commencé la culture de la vigne vers l’an 784. Au XIIème siècle, on trouve la trace d’une église de Pechlat parmi les possessions de ces moines.

 

UN LIEU DE VIE
HISTORIQUE ET UNIQUE

Le mas de Château Pech-Latt, un lieu unique

U N M O R C E A U D ' H I S T O I R E

Le terroir unique de Château Pech-Latt

U N T E R R O I R U N I Q U E

Dans la commune de Lagrasse, Château Pech-Latt est implanté au cœur de l’appellation Corbières en Languedoc-Roussillon, idéalement situé entre terre et mer, bénéficiant d’un double climat et de terroirs riches et divers. Ses quelques 10 600 hectares de vignes (en AOC Corbières, dont 1300 ha en agriculture biologique) en font l’une des grandes zones de vignobles français.

Pech-Latt, en occitan « haut d’une colline large », en référence à la vaste étendue vallonnée sur laquelle s’étend le domaine, se situe dans un cirque naturel entouré de collines et de garrigue, à 150 mètres d’altitude, au pied de la montagne Alaric. Ces reliefs composés de sols calcaires et de marnes rouges créent une protection naturelle du domaine, dans une région violemment balayée par les vents, une sorte d’exception climatique sous l’influence du climat méditerranéen, une terre de soleil et de vent. 

Pech-Latt est diversifié en termes de sols (schiste, grès, calcaire, marnes), de cépages (Carignan, Grenache, Syrah, Mourvèdre pour les rouges) et de climats. Il s’étend sur plus de 350 hectares, dont 160 hectares de vignes classées à 90% en AOC Corbières.

De par son emplacement géographique avec ses vignes placées dans un amphithéâtre naturel de l’Alaric, le domaine bénéficie d’un terroir exceptionnel lui permettant de maintenir une fraicheur sur ses sols, grâces aux contreforts des collines et montagnes qui l’entourent.

Une métairie y est créée dès 1499 pour tenir les terres (céréales et bétails) et dès 1634, il est fait mention d’une vigne primitive à Pech-Latt. Cette activité deviendra dominante en 1903, complétée par la culture de l’olive, des céréales, ainsi que l’élevage des volailles et des chevaux.

En 1968, Pech-Latt est un des premiers châteaux des Corbières à érafler et fouler le raisin et 3 ans plus tard, a lieu la première mise en bouteille au Château où toute la production est désormais vinifiée. Dès 1970, Château Pech-Latt arrête d’utiliser des désherbants chimiques. 

1991 signe l’entrée du Château dans la viticulture biologique selon ses principes les plus strictes, dans une recherche de qualité qui ne cessera jamais par la suite d’animer Château Pech-Latt. Ce sera l’un des tout premiers vignobles du sud à amorcer ce virage et aujourd’hui plus du tiers des vignobles des Corbières sont en bio. Le premier millésime certifié « Orgavigne » Agriculture Biologique auprès d’Ecocert voit le jour en 1994, puis en 1998, celui certifié Bio Suisse Organic.

Château Pech-Latt à Lagrasse, un terroir unique
Illustration du domaine de Château Pech-Latt

U N L I E U D E V I E

A Pech-Latt, la terre marque les hommes qui y ont travaillé et reste dans la mémoire des anciens tant sa grandeur est unique et son rayonnement important. La quarantaine de vendangeurs qui ramassent le raisin à la main sur ce semblant d’île viticole et s’affairent au domaine le savent bien. Château Pech-Latt est un lieu de vie. On y compte en son sein, brebis et chauves-souris qui vivent sur ces terres en parfaite harmonie avec ses habitants.

Jusqu’au début des années 1900, ce lieu de vie constituait même un petit hameau avec une cinquantaine d’habitants, des familles, dont les enfants suivaient l’école au sein même de Pech-Latt, des messes hebdomadaires étaient tenues dans notre chapelle. Une véritable vie en communauté.

Aujourd’hui, le renouveau du Château Pech-Latt marque aussi la volonté de redonner vie à ce hameau des Corbières. Ainsi, après une rénovation totale des bâtiments, Pech-Latt souhaite renouer avec cette tradition abandonnée et faire vivre plusieurs familles, en priorité celles des salariés travaillant sur le domaine. Avec son four et ses cours, les lieux de vie et d’échange ont toujours été ouverts au plus grand nombre et seront bientôt prêts à accueillir de nombreuses personnes.